territoires intimes (vol.1)

Pour rejoindre mon jardin de silence, il m’a fallu fouler chaque saison de détresse, de doute et d’absence. Et je la vois là au-devant, la route longue qui toujours délie sa langue sèche, d’asphalte et de chaud tarmac revêche, longtemps j’attends jusqu’à temps que le ciel bas déchire la poche d’eau de son ventre gras, et que tout le gris au-dedans de lui se précipite vers le bas, vers le sol, vers ici où je suis, ici où je prie que vienne la pluie enfin, lisse et moite sur la peau des joues, goûteuse à l’aube de mes rêves et de mes jours sans, gifle de frais, fougères, sauge, piment. Et que la pluie venue éveille l’envie de la boue tiède et des pieds nus dedans, du sentier sauvage et des herbes molles, toutes mes attentes et mes larmes folles, là où marcher vers du vivant, là où marcher vers là où mon coeur tend.

*territoires intimes (vol.1) / EP 5 titres en édition digitale (sept #14)

*livret 16 pp. en tiré-à-part.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s